Contenu

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

 

Afin d’apporter une réponse adaptée aux femmes victimes de violences conjugales et en coordination avec les acteurs locaux des permanences d’aide aux victimes se développent au sein des commissariats et des brigades de gendarmerie de Vendée

 

La persistance des violences sexistes et sexuelles, dont les femmes continuent d’être victimes, est intolérable dans un État de droit. Le Président de la République s’est personnellement engagé dès la première année de son mandat à lutter contre ces violences et a fait de l’égalité entre les femmes et les hommes la grande cause de son quinquennat.

Depuis trois ans, de nombreuses mesures concrètes ont déjà été mises en place par le Gouvernement : suspension automatique de l’autorité parentale du parent auteur d’un homicide conjugal, mise en place d’un bracelet anti-rapprochement destiné à assurer le contrôle à distance des conjoints ou ex-conjoints violents, création du délit d’outrage sexiste, création de 1 000 places supplémentaires, etc.

Malheureusement, les violences faites aux femmes persistent y compris pendant le confinement et toutes les femmes sont touchées quel que soit leur âge, leur catégorie socio-professionnelle ou leur origine.

La situation en Vendée

Cette année, le contexte de confinement a malheureusement accentué les tensions familiales, conduisant à une augmentation des violences. En Vendée, au 15 septembre 2020, 940 faits de violences conjugales ont été constatés par les forces de l’ordre contre 723 faits pour la totalité de l’année 2019.

2 décès sont à déplorés en 2019 en Vendée dans le cadre des violences conjugales.

1861 nouvelles situations de violences faites aux femmes ont été recensées dans le département en 2019 par les associations du département (SOS Femmes Vendée, CIDFF Vendée, Planning Familial 85 et France Victimes 85) contre 1 275 en 2018.

Le numéro d’aide et d’écoute « 39 19 » : en 2019, sur les 46 024 appels au 39 19 qui ont fait l’objet d’un renseignement de l’origine d’appel sur le territoire national, 319 appels ont été communiqués en Vendée soit 0,70% du total au niveau national et 13% au niveau régional.

La crise sanitaire liée à la Covid-19 et le confinement ont engendré une hausse des signalements sur le 39 19. Le nombre d’appels a quasiment doublé lors du 1er semestre 2020 comparé au 1er semestre 2019 (+192%).

« Le 25 novembre, prenons 25 secondes pour rappeler des outils qui peuvent sauver des vies »

La période de confinement que nous traversons est critique pour les femmes victimes de violences. C’est pourquoi le 25 novembre, à l’occasion de la Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, prenons 25 secondes pour diffuser au maximum les 4 outils à destination des victimes et témoins de violences faites aux femmes :

  • le 3919, numéro d’aide et d’écoute anonyme et gratuit ;
  • ArretonsLesViolences.gouv.fr pour un signalement en ligne ;
  • le 17 par téléphone pour alerter la police en cas d’urgence ;
  • ou en contactant le 114 par SMS.

Il est essentiel de mieux les faire connaître pour permettre à chacune et chacun de rompre l’isolement et d’engager des démarches qui sauvent des vies, que l’on soit soi-même victime ou simplement témoin.

Des actions partenariales et concertées entre l’État, les acteurs associatifs et les collectivités locales du département

En Vendée, un large partenariat s’est tissé progressivement entre l’État, les acteurs associatifs et les collectivités locales. Il est aujourd’hui formalisé par un protocole départemental de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux femmes, qui réuni 27 partenaires dans le département. Il a pour objectif d’apporter une réponse globale, concertée et adaptée aux victimes de violences. Ce protocole sera renouvelé en 2021 en partenariat avec le Conseil départemental de la Vendée.

Des actions concrètes en Vendée :

  • Création d’une Cellule de coordination et de suivi départementale des situations de violences conjugales
    Un « protocole relatif à l’accompagnement et au suivi des victimes de violences conjugales au sein de la cellule opérationnelle » a été signé le 20 décembre 2019 par Mme le Procureur de La Roche-sur-Yon, Mme le Procureur des Sables d’Olonne et le préfet de la Vendée.
  • Des permanences d’aide aux victimes au sein des commissariats, des brigades de gendarmerie mais également dans les centres hospitaliers
    Afin d’apporter une réponse adaptée aux femmes victimes de violences conjugales et en coordination avec l’ensemble des acteurs locaux, des permanences d’aide aux victimes se développent au sein des commissariats et des brigades de gendarmerie de Vendée.
    Financée par l’État et par le Conseil départemental de Vendée, une nouvelle permanence au sein de la brigade de gendarmerie de Challans et de Fontenay-le-Comte a été créée depuis octobre 2020.
  • Des contrats locaux contre les violences conjugales, sexistes et sexuelles (CLVCSS) ont été signés dans le département.
    Cinq contrats locaux ont été signés en 2019 avec les villes de Fontenay-le-Comte, La Roche-sur-Yon, Luçon, Saint-Jean-de-Monts et Le Poiré-sur-Vie. Deux autres sont prévus avec la ville d’Aizenay et de Challans (début 2021).
  • Informer et accompagner les victimes avant, pendant et après le dépôt de plainte et dans le cadre du procès judiciaire
    Les associations d’aide aux victimes, notamment France Victimes 85, SOS Femmes Vendée et le CIDFF Vendée, accueillent et accompagnent, au travers des permanences délocalisées, les victimes de violences conjugales pendant tout le procès judiciaire.
  • Une nouvelle convention « Protocole relatif à l’éviction des auteurs de violences conjugales en Vendée » a été signée dans le département.
    Ce protocole permet de disposer de 3 logements à disposition des parquets afin de pouvoir éloigner l’auteur de violences conjugales.

protocole violences conjugales

En savoir plus : communiqué de presse - Violence à l’égard des femmes : mise en place d’un protocole d’éviction des auteurs de violences conjugales en Vendée

  • Communiquer auprès des partenaires et des victimes sur les dispositifs et les associations d’aide aux victimes :
    Réalisation de 30 000 exemplaires de « cartes violences Vendée ». Les cartes violences recensent les coordonnées des associations et des permanences d’intervenants sociaux au sein des brigades de gendarmerie et des commissariats de police. Cet outil de communication sera envoyé aux partenaires du département (associations, collectivités territoriales, centre hospitaliers, service de police et de gendarmerie, etc.) pour diffusion.

    télécharger la Carte violences Vendée (format pdf - 142 ko - 26/11/2020)

  • Développer des actions de prévention et de sensibilisation à destination des jeunes et du grand public.
  • Mise en place des actions de formation à destination des professionnels sur les violences conjugales, sexistes et sexuelles ainsi que développer ces sujets dans les formations continues.




Informations relatives au fonctionnement des associations de la Vendée durant la période de crise sanitaire :

Afin d’apporter une réponse adaptée aux femmes victimes de violences conjugales pendant cette période de crise sanitaire, et en coordination avec l’ensemble des acteurs locaux impliqués, voici les lieux et numéros de téléphone à votre disposition.