Contenu

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

 

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, Gérard Gavory, préfet de la Vendée, Christine Créance, présidente de l’association SOS Femmes et Thierry Soulard, président de Allo Radio taxi ont signé ce jeudi 25 novembre 2021 la convention (dispositif expérimental de prise en charge du transport de femmes victimes de violences conjugales en Vendée).

 

La persistance des violences sexistes et sexuelles, dont les femmes continuent d’être victimes, est intolérable dans un État de droit. Le Président de la République s’est personnellement engagé dès la première année de son mandat à lutter contre ces violences et a fait de l’égalité entre les femmes et les hommes la grande cause de son quinquennat.

La situation en Vendée

Les violences faites aux femmes persistent et toutes les femmes sont touchées quel que soit leur âge, leur catégorie socio-professionnelle ou leur origine. Au 1er novembre 2021, 798 faits de violences conjugales ont été constatés par les forces de l’ordre en Vendée contre 970 faits en 2020 et 723 faits en 2019.

En 2020, les associations du département (SOS Femmes Vendée, CIDFF Vendée, Planning Familial 85 et France Victimes 85) avaient recensé 2 154 femmes victimes de violences faites aux femmes contre 1861 en 2019 et 1 275 en 2018.

Signature de la convention "dispositif expérimental de prise en charge du transport de femmes victimes de violences conjugales en Vendée"

Dans le cadre du Grenelle contre les violences conjugales, le Gouvernement a souhaité renforcer l’action publique là où les besoins sont les plus importants afin de répondre à la problématique de l’accès aux droits. Afin d’ "aller vers" les victimes de violences conjugales des territoires ruraux du département et de pouvoir les accompagner dans le parcours de sortie de la violence, un dispositif expérimental de prise en charge des transports de ces femmes est mis en place en Vendée.

Destinée à faciliter la mobilité des femmes victimes de violences conjugales par la prise en charge des transports, cette convention, d’un an, signée entre l’État, l’association SOS Femmes Vendée (référent violences conjugales du département) et la compagnie de taxis "Allo RadioTaxi" vise à assurer le transport de femmes victimes de violences conjugales, vers :

  • un lieu d’hébergement d’urgence, de jour comme de nuit, association ou hôtels, mais également domicile de particuliers (famille, amis) ;
  • les permanences spécifiques violences conjugales de l’association SOS Femmes Vendée, qui fonctionnent dans 7 communes différentes du département et au sein du commissariat des Sables d’Olonne ;
  • les lieux d’examens (hôpitaux) ;
  • les brigades de gendarmerie et les commissariats de police, afin d’aider la victime dans son cheminement à déposer plainte ;
  • les tribunaux de justice, pour les besoins dans le cadre de la procédure judiciaire dans la phase initiale ;
  • exceptionnellement, des déplacements d’un département limitrophe à la Vendée
    pourront s’inscrire sur ce dispositif dans le cadre d’une mise à l’abri.

Initiée en partenariat avec les acteurs locaux est financé par l’État à hauteur de 4 000€, cette convention expérimentale vient renforcer les dispositifs existants de prévention et de prise en charge des victimes tels que le déploiement aux cotés des forces de sécurité d’intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie, du Téléphone Grave Danger (TGD),et du bracelet anti-rapprochement (BAR).

« Les outils qui peuvent sauver des vies »

Le 25 novembre, à l’occasion de la Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, prenons 25 secondes pour diffuser au maximum les 4 outils à destination des victimes et témoins de violences faites aux femmes :

  • le 3919, numéro d’aide et d’écoute anonyme et gratuit ;
  • ArretonsLesViolences.gouv.fr pour un signalement en ligne ;
  • le 17 par téléphone pour alerter la police en cas d’urgence ;
  • ou en contactant le 114 par SMS.

Il est essentiel de mieux les faire connaître pour permettre à chacune et chacun de rompre l’isolement et d’engager des démarches qui sauvent des vies, que l’on soit soi-même victime ou simplement témoin.

Des actions partenariales et concertées entre l’État, les acteurs associatifs et les collectivités locales du département

En Vendée, un large partenariat s’est tissé progressivement entre l’État, les acteurs associatifs et les collectivités locales. Il est aujourd’hui formalisé par un protocole départemental de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux femmes, qui réuni 27 partenaires dans le département. Il a pour objectif d’apporter une réponse globale, concertée et adaptée aux victimes de violences.

Des actions concrètes en Vendée :

  • Création d’une Cellule de coordination et de suivi départementale des situations de violences conjugales
    Un « protocole relatif à l’accompagnement et au suivi des victimes de violences conjugales au sein de la cellule opérationnelle » a été signé le 20 décembre 2019 par les Procureurs de la République près les tribunaux judiciaires de La Roche-sur-Yon et des Sables d’Olonne et le préfet de la Vendée.
  • Des permanences d’aide aux victimes au sein des commissariats, des brigades de gendarmerie mais également dans les centres hospitaliers
    Afin d’apporter une réponse adaptée aux femmes victimes de violences conjugales et en coordination avec l’ensemble des acteurs locaux, des permanences d’aide aux victimes se développent au sein des commissariats et des brigades de gendarmerie de Vendée.
    Financée par l’État et par le Conseil départemental de Vendée, une nouvelle permanence au sein de la brigade de gendarmerie de Challans et de Fontenay-le-Comte a été créée depuis octobre 2020.
  • Des contrats locaux contre les violences conjugales, sexistes et sexuelles (CLVCSS) ont été signés dans le département.
    Sept contrats locaux ont été signés avec les villes de Fontenay-le-Comte, La Roche-sur-Yon, Luçon, Saint-Jean-de-Monts, Le Poiré-sur-Vie, Aizenay et Challans.
  • Informer et accompagner les victimes avant, pendant et après le dépôt de plainte et dans le cadre du procès judiciaire
    Les associations d’aide aux victimes, notamment France Victimes 85, SOS Femmes Vendée et le CIDFF Vendée, accueillent et accompagnent, au travers des permanences délocalisées, les victimes de violences conjugales pendant tout le procès judiciaire.
  • Une convention « Protocole relatif à l’éviction des auteurs de violences conjugales en Vendée »
    Ce protocole permet de disposer de 3 logements à disposition des parquets afin de pouvoir éloigner l’auteur de violences conjugales.