Bloc "à la une"

Contenu

Lancement de la Police de Sécurité du Quotidien en Vendée

 

Benoît Brocart, préfet de la Vendée, a tenu une conférence de presse le mardi 20 février 2018 à la brigade de gendarmerie du Poiré-sur-Vie pour le lancement de la Police de Sécurité du Quotidien en Vendée.

Cette conférence de presse s’est déroulée en présence du Colonel Olivier Chevreul, commandant le groupement de gendarmerie de la Vendée, de Laurent Dufour, directeur départemental de la sécurité publique, de Sabine Roirand, maire du Poiré-sur-Vie et de Franck Roy, maire d’Aizenay.

Au programme de cette conférence : la présentation de la Police de Sécurité au Quotidien, l’application NEO, les groupes de contact en gendarmerie, les témoignages sur le renforcement des dispositifs : participation citoyenne, conseil de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), la coopération des polices municipales avec les brigades de gendarmerie et la police nationales.

 

Avec la police de sécurité au quotidien, le gouvernement s’est engagé dans une évolution des missions de la police et de la gendarmerie pour répondre à la priorité des Français : la sécurité.

Après une concertation de plusieurs semaines qui avait pour objectif de permettre aux forces de l’ordre et aux élus locaux de donner leur avis et de mettre en avant leurs retours d’expérience sur le terrain, Gérard Collomb, ministre d’État, ministre de l’Intérieur, a lancé officiellement le 8 février dernier, la police de sécurité du quotidien.

Le calendrier de la concertation, qui s’est étalé du 28 octobre au 15 décembre, a permis en Vendée la tenue d’un dialogue élargi avec les forces de police et de gendarmerie, les élus locaux, les sociétés de sécurité privée et les bailleurs sociaux.

Les résultats de la concertation ont mis en lumière la forte volonté de synergie déjà à l’œuvre en Vendée via l’utilisation des outils et instances déjà mobilisables à travers notamment les conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), la participation citoyenne, les coopérations renforcées avec les polices municipales.

L’ensemble des partenaires consultés a émis le souhait d’aller plus loin sur ces champs pour servir au mieux une population désireuse de voir la problématique sécuritaire appréhendée au
plus près du terrain.

La police de sécurité du quotidien a vocation à replacer le service du citoyen au cœur de
l’action des forces de sécurité.

Plus respectées, plus nombreuses et mieux équipées, recentrées sur leur cœur de métier, plus accessibles pour la population et en lien étroit avec leurs partenaires locaux, elles seront demain en capacité de concevoir des réponses opérationnelles plus en phase ave les attentes de nos concitoyens.

La police de sécurité au quotidien s’appuie sur 5 axes :

  • une police et une gendarmerie aux ambitions retrouvées : des policiers et des gendarmes plus nombreux sur le terrain ;
  • une police et une gendarmerie respectées ;
  • une police et une gendarmerie sur-mesure : des réponses de sécurité adaptées aux spécificités de chaque territoire ;
  • une police et une gendarmerie connectées : lutter contre la digitalisation de la délinquance et se saisir des opportunités de la révolution numérique ;
  • une police et une gendarmerie partenariales : développement des patrouilles mixtes, échanges d’informations ….

Mise en œuvre de la police de sécurité du quotidien en Vendée

1. Une prise en compte plus souple et concertée des besoins des territoires

→ Élaboration d’une nouvelle stratégie locale de sécurité

Chaque responsable local de police et de gendarmerie aura en charge d’élaborer, à l’échelle des circonscriptions de sécurité publique et des compagnies de gendarmerie départementale, une nouvelle stratégie locale de sécurité. Ces stratégies, conçues au plus prés du terrain, seront
élaborées avec les élus concernés et l’ensemble des partenaires de l’État en matière de sécurité.

→ Une coopération encore renforcée avec les élus et les citoyens.

La police de sécurité du quotidien induit la constitution de liens forts, indéfectibles et réciproques avec les premiers acteurs de la sécurité au quotidien.

La lutte contre la délinquance s’appuie depuis plusieurs années en Vendée sur une coopération renforcée entre les services de police et de gendarmerie et les élus locaux à travers :

  • les 16 contrats locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) répartis sur l’ensemble du département,
  • les 70 protocoles de participation citoyenne (population couverte : plus de 250 000 habitants en Vendée),
  • les coopérations renforcées avec les polices municipales.

Sur la base du renforcement de ces dispositifs, les objectifs de la police de sécurité du quotidien sont de :

  • sensibiliser la population aux questions de sécurité avec la généralisation des interventions dans les écoles
  • développer la vigilance citoyenne avec notamment l’adaptation localement du dispositif de participation citoyenne (comme c’est le cas sur le territoire de la brigade de Montaigu)
  • renforcer la participation des citoyens à la production de sécurité (développement des réservistes dans la police et pérennisation des réservistes dans la gendarmerie nationale).

2. De nouveaux outils au profit d’une police et d’une gendarmerie plus connectée

La facilitation du travail quotidien par l’utilisation des moyens numériques fait partie des grands enjeux de la Police de sécurité du quotidien. C’est le vecteur de sa réussite en ce qu’elle
permettra d’optimiser le temps dédié à la procédure au profit du contact avec le terrain, recentrant par là-même les forces sur leur cœur de métier.

La Vendée bénéficie, dés à présent, pour sa police et sa gendarmerie de terminaux mobiles utilisant le logiciel Néo (50 pour la police nationale et 500 pour la gendarmerie), visant à tirer
un profit immédiat des applications permettant de saisir et transmettre des procès-verbaux, de
disposer d’un accès à des fichiers sécurisés.

Le logiciel Néo simplifie et allège le travail du policier et du gendarme. Il permet un gain de temps, un accès à l’information en temps réel, et un travail en sécurité. Le policier ou le gendarme retrouve sur sa tablette ou son smartphone les outils utiles au quotidien.

Ces outils numériques s’accompagneront également de moyens matériels plus conventionnels visant à consolider l’efficience des forces de sécurité (gilets pare-balle, voitures), en plus d’effectifs renforcés.

3. La Vendée, département mieux accompagné

La situation de la Vendée et les propositions de l’État dans le cadre de la police de sécurité du quotidien ont permis à notre département de faire l’objet de ce dispositif spécifique relevant d’un "meilleur accompagnement".

La zone couverte par la gendarmerie nationale représente 85% de la population vendéenne (263 communes) et 75% des faits de délinquance.

Les enjeux :

  • une forte dynamique touristique : la Vendée accueille près de 2 millions de touristes chaque année,
  • les atteintes aux biens : 12 907 faits commis en 2017 sur le département dont 2 760 cambriolages. L’orientation à la hausse constatée en 2016 se confirme en 2017 avec une augmentation de 104 faits soit une hausse de +3,9 %. Les cambriolages dans les résidences constituent le principal point d’attention des forces de sécurité intérieure.
  • une forte croissance démographique.

Un apport sur le terrain :

• interactivité avec la population

• sécurité des mobilités

• accompagnement des entreprises et des industries : mieux accompagner le tissu économique dense qui caractérise notre territoire en réaffirmant le rôle de l’État aux côté des entreprises qui font face à des menaces conventionnelles comme technologiques.

• groupes de contact au sein de la compagnie de Fontenay-le-Comte et de l’Escadrondépartemental de sécurité routière (EDSR). Création de modules contact :

- au sein de l’EDSR afin de mieux approcher les populations qui
traversent régulièrement le département mais n’y séjournent pas.

- au sein de la communauté de brigades de Maillezais.

 
 

Documents associés :