Bloc "à la une"

Contenu

Signature de cinq nouvelles conventions "participation citoyenne"

 

Dans le cadre de la prévention de la délinquance, la mise en œuvre du plan anti-cambriolage, dés l’automne 2013 en Vendée, a permis une baisse des effractions constatées sur l’ensemble du département.

En complément de l’activité opérationnelle des forces de gendarmerie et de police, des actions de prévention sont conduites avec les maires des communes du département. S’inscrivant dans une stratégie globale de lutte contre les cambriolages, le dispositif « participation citoyenne », constitue une mesure préventive importante en associant les habitants à la protection de leur environnement.

Cinq nouvelles conventions « participation citoyenne » ont été signées le mardi 24 janvier 2017 avec les communes de Challans, Fontenay-le-Comte, Bellevigny, Moutiers-les-Mauxfaits et Sainte-Gemme-la-Plaine.

Cette signature s’est déroulée en présence de Jean-Benoît Albertini, préfet de Vendée, Serge Rondeau, maire de Challans, Sébastien Verdon, adjoint au maire de Fontenay-le-Comte chargé de la sécurité, Régis Plisson, maire de Bellevigny, Christian Aimé, maire de Moutiers-les-Mauxfaits, Pierre Careil, maire de Sainte-Gemme-la-Plaine et du colonel Olivier Chevreul, commandant le groupement de gendarmerie de la Vendée.

67 communes en Vendée sont désormais engagées dans ce dispositif, qui vient compléter les opérations menées sur l’ensemble du département par les services de police et de gendarmerie contre les cambriolages : liste des communes (format pdf - 11.4 ko - 25/01/2017)

Plus de 240 000 habitants sont couverts aujourd’hui par le dispositif, soit plus du tiers de la population du département.

La participation citoyenne : un dispositif contre l’insécurité


Certaines communes et, au sein de ces dernières, certains quartiers, lotissements ou zones pavillonnaires peuvent être touchés par des phénomènes de délinquance multiformes (cambriolages, démarchages conduisant à des escroqueries, dégradations et incivilités diverses…) dont les causes sont aisément identifiables (isolement, niveau de richesse élevé, prédominance de personnes seules, accessibilité de la zone…).

La démarche « participation citoyenne » consiste à associer les habitants d’un ensemble résidentiel à la protection de leur environnement. Elle offre de nombreux avantages en ce qu’elle permet :

• de rassurer la population en luttant contre le sentiment d’insécurité souvent décorrelé de la délinquance ;

• de recréer du lien social au sein des zones, notamment pavillonnaires, où elle est mise en œuvre par une « solidarité de voisinage active » ;

• d’améliorer la réactivité et surtout l’efficacité des forces de sécurité contre la délinquance d’appropriation car elles s’en trouveront mieux informées et plus rapidement sollicitées.

Il ne s’agit en aucun cas de substituer qui que ce soit aux unités de la gendarmerie normalement compétentes mais de favoriser une intervention efficace de leur part.

Premier responsable de la sécurité sur sa commune, le Maire, animateur et le coordinateur de ce dispositif « participation citoyenne », bénéficie du concours et de la réactivité des militaires de la gendarmerie qui, informés par les citoyens référents de comportements ou allées et venues suspectes agissant dans un esprit de « solidarité de voisinage », se transportent sur les lieux afin de procéder aux contrôles des personnes et des véhicules dans le strict respect du cadre légal et des droits des individus, notamment d’aller et venir.