Bilan 2023 de la délinquance

Mis à jour le 12/02/2024

Le 06 février 2024 s'est tenue la conférence de presse de présentation du bilan 2023 de la délinquance en Vendée, en présence de Gérard Gavory, préfet de la Vendée, Sarah Huet et Gwenaëlle Coto, procureures du tribunal judiciaire de La Roche-sur-Yon et des Sables d'Olonne, José Szlowieniec, directeur départemental adjoint de la Police Nationale de Vendée et le Colonel Arnaud Pellabeuf, commandant de Gendarmerie. L'occasion de dresser le bilan des chiffres annuels.

Découvrez le bilan 2023 de la délinquance en Vendée :
Télécharger Bilan de la délinquance 2023 PDF - 1,45 Mb - 12/02/2024

La plupart des indicateurs de la délinquance est en hausse en 2023 en Vendée, et suit la tendance enregistrée au niveau national, mais en ralentissement par rapport à l’année précédente.

La délinquance générale est en évolution de +4,4% (22 913 faits soit + 963), tendance moindre que celle enregistrée en 2022 (+12,7% pour 21 950 faits).

La plus forte hausse concerne les atteintes volontaires à l’intégrité physique des personnes (+11,88%), particulièrement les violences physiques crapuleuses ainsi que les menaces et chantages. Si les atteintes aux biens se stabilisent et progressent seulement de +2,42%, les escroqueries et infractions assimilées sont en léger recul (-2,02%) conséquence des investissements des services dans le domaine de la lutte contre la cybercriminalité.

La Vendée reste un département moins marqué par les phénomènes de délinquance que la moyenne nationale sur l’ensemble des agrégats.

Les atteintes aux biens : une évolution mesurée

Les atteintes aux biens se stabilisent et progressent seulement de +2,42% (contre +28,16% en 2022) : 12 716 faits ont été constatés en 2023 contre 12 416 en 2022 (+300 faits).

Le taux départemental reste néanmoins sous le seuil national (18,7 faits pour 1 000 habitants en Vendée contre 29,1 faits au niveau national).

Malgré un taux stable, les cambriolages enregistrent une forte progression (+10%), 2 900 faits en 2023 contre 2635 en 2022 (+ 265 faits) ; l’augmentation se poursuit mais dans une moindre mesure que la courbe observée en 2022 (+28%).

Les vols liés aux véhicules à moteur (+208 faits), les vols avec violences (+ 37 faits), les vols violents sans arme (+39 faits) enregistrent une progression au-dessus du taux d’évolution national.

Les cambriolages résultent d’une délinquance organisée et des équipes structurées.

Le taux d’élucidation des enquêtes est en progression. L’action des référents sûreté en direction des entreprises et du public demeure également une solution complémentaire pour prévenir les vols.

Les atteintes volontaires à l’intégrité physique : une progression dans un département qui reste préserver par rapport à la moyenne nationale

Les atteintes volontaires à l’intégrité physique connaissent une hausse de + 11,88 % : 5 253 faits ont été constatés en 2023 contre 4 695 en 2022 (+ 558 faits).

Le département de la Vendée est néanmoins le deuxième département dont le taux des AVIP pour 1000 habitants demeure le plus faible (7,58 pour la Vendée contre 12,5 au niveau national).

La lutte contre les violences intra-familiales fait partie des priorités gouvernementales. Sur cet index, les chiffres continuent leur progression avec 2 313 victimes en 2023 (+13,22%) contre 2 043 en 2022.

Une partie des faits observés est consécutive à la libération de la parole des victimes qui n’hésitent plus à dénoncer violences et atteintes sexuelles.

Néanmoins, cette libération est à l’origine d’un meilleur recueil des plaintes et de l’accentuation d’une plus grande mobilisation et spécialisation des forces de sécurité intérieure (permanences d’aide aux victimes au sein des commissariats et des brigades de gendarmerie, maison de protection des familles, formation spécifique des enquêteurs) dans le but d’apporter une solution de soutien aux victimes.

Par ailleurs, la progression des AVIP est portée par les violences physiques crapuleuses (+30,6%) et les menaces et chantages (+18,34%).

Des escroqueries et des infractions assimilées en repli

Les escroqueries et les infractions assimilées (économiques et financières) connaissent un léger repli : 3 292 faits en 2023 contre 3 360 en 2022, soit - 2,02 %. Plus de la moitié des faits répertoriés sont commis via internet.

Le taux départemental reste une nouvelle fois sous le seuil national (4,84 faits pour 1 000 habitants en Vendée contre 6,76 faits au niveau national).

Dans un contexte national d’augmentation des faits pour cet agrégat, ces chiffres sont plutôt satisfaisants, malgré les difficultés auxquelles sont confrontés les enquêteurs pour la résolution des affaires inhérentes à ce type de délinquance.

Les actions de prévention et de sensibilisation aux risques de la cyber délinquance demeurent nécessaires.

Infraction à la législation sur les stupéfiants : une priorité ministérielle

2023 est une année qui a permis de constater une forte augmentation des infractions liées aux stupéfiants, en hausse de 16,41 %.

Cette augmentation, et celle du nombre des mis en cause, est à mettre au crédit de l’activité des effectifs de voie publique qui n’ont eu de cesse d’harceler les points de deal.

Le renforcement de la lutte contre le commerce des stupéfiants se traduira en 2024 par l’organisation des opérations « place nette » à l’initiative des forces de sécurité, pour multiplier les opérations de harcèlement à l’encontre des trafics et dans le but de détecter et localiser les productions et reventes souvent menées par des consommateurs.

Sécurité routière : 57 tués en 2023, l’année la plus meurtrière de cette dernière décennie en Vendée

Le bilan 2023 des personnes tuées liées à l’insécurité routière est en forte progression par rapport aux six années précédentes avec 57 victimes.

Sur l’année 2023, 396 accidents corporels (+5,6%) sont recensés, 479 blessés (+7,88 %) dont 251 hospitalisés (+0,8 %).

Il s’agit principalement d’hommes (77%), âgés en moyenne de 52 ans, vendéens (84%), conducteurs du véhicule (72%) et responsables de l’accident dans 58 % des cas.

La majorité des accidents a lieu en dehors des zones urbaines (71 %), principalement en fin de semaine et le week-end (22 tués).

Les causes principales sont d’ordre comportemental : l’alcool et les stupéfiants (28%), un malaise (21%), une vitesse excessive (19,3%), l’inattention et la somnolence (12,3%), autres infractions (12,3%) et le non-respect des règles de priorité (7%).

Ces tendances se retrouvent dans les accidents corporels constituant autant de facteurs aggravants.

Retraits de permis de conduire :

tolérance 0 envers les comportements les plus dangereux

2 744 suspensions de permis de conduire ont été réalisées (+7,15 % par rapport à 2022), dont :

  • 1 151 pour conduite sous l’emprise de stupéfiants,
  • 1 115 pour alcoolémie. 318 éthylotests anti-démarrage (EAD) installés en 2023, soit 73 de plus qu’en 2022,
  • 478 pour excès de vitesse.